Autoroute concédée Dakar-Diamniadio

Un projet novateur et ambitieux

Le  2 juillet  2009, Messieurs Abdoulaye Diop, Ministre d’Etat, Ministre de l’Économie et des Finances et le Ministre d’Etat, ministre de la Coopération internationale, de l’Aménagement du territoire, des Transports aériens et des Infrastructures ont signé le contrat de concession de l’autoroute Dakar-Diamniadio avec le groupe Eiffage.

Le projet consiste à conférer au partenaire privé les responsabilités de conception, construction, financement, entretien et exploitation pendant une durée de 30 ans de cet ouvrage.
Celui-ci résulte d’une initiative novatrice de l’Etat Sénégalais puisqu’il s’agit du premier ouvrage en concession ou Partenariat Public-Privé pour une infrastructure de transport en Afrique Subsaharienne.
Cette autoroute d’une longueur de 25 km constituera le premier maillon de l’autoroute destinée à faciliter depuis Dakar l’accès au reste du pays et, au-delà à la sous-région d’Afrique de l’Ouest. Après une mise en service d’une première section en 2011 elle devrait être intégralement ouverte au trafic en 2013.

Les sept diffuseurs situés sur le tracé permettront une parfaite irrigation de la région de Dakar, au travers de nombreuses connexions avec le réseau routier local qui sera rénové et amélioré concomitamment à la réalisation de l’autoroute concédée. Environ 2 000 personnes seront mobilisées ou recrutées pour la réalisation des travaux.

Une part des travaux d’au moins 20 milliards FCFA sera sous-traitée à des entreprises sénégalaises.

Ce projet d’autoroute à péage se développe dans un contexte à la fois urbain et interurbain, ce qui explique sa complexité de par les impacts sociaux et environnementaux qu’il convient de bien gérer.

En plus des travaux d’infrastructures, il implique le déplacement et le relogement ou recasement de 3 000 familles, soit près de 30 000 personnes.

Le coût du projet intègre par conséquent plusieurs composantes :

• Travaux routiers

• Libération des emprises (indemnisations des personnes affectées) et construction d’une zone de recasement de 2 000 logements pour la  réinstallation de certaines familles déplacées

• Restructuration urbaine du quartier Pikine Irrégulier Sud pour y améliorer notablement le cadre de vie

• Supervision et gestion du programme

La couverture de toutes ces composantes sur l’ensemble du linéaire Malick Sy – Diamniadio nécessite la mobilisation d’un budget global évalué à 320 milliards FCFA. Sur ce montant la part des travaux routiers porte sur environ 200 milliards FCFA répartis ainsi qu’il suit :

Phase 1: Malick Sy – Pikine entièrement financée par l’Etat pour un montant de travaux estimé à 65 milliards FCFA

Phase 2: Pikine – Diamniadio, financé sur la base d’un Partenariat Public-Privé avec la signature avec Eiffage d’un contrat de concession pour un montant d’environ 135 milliards FCFA, dont 77 de subvention de l’Etat Sénégalais, avec l’appui de ses bailleurs de fonds, l’Agence Française de Développement, la Banque Africaine de Développement et la Banque Mondiale et 58 comme contribution d’Eiffage au financement des travaux.

Composantes sociales :

Le complément de 120 milliards FCFA est essentiellement destiné à la prise en charge des autres composantes sociales et environnementales (indemnisations pour la libération des emprises, construction des 2 000 logements de la zone de recasement, la restructuration urbaine de Pikine Irrégulier Sud) qui prennent en compte également la problématique de fermeture de la décharge de Mbeubeuss et la contribution au plan d’aménagement de la forêt de Mbao traversée par le tracé de l’autoroute.

L’implication d’Eiffage dans un tel projet illustre bien la fidélité que le Groupe porte au Sénégal, où il est présent depuis 83 ans en l’accompagnant dans son développement économique, social et sociétal.